Témoignages

Je suis bien triste, je viens de terminer ma lecture. À présent je sais tout sur Saladin, Saint-Josse et les géraniums belges — sur ces derniers je garderai le secret.
Ce roman aurait pu être un nième roman d’espionnage. Mais c’eut été compter sans les cafards… Avez-vous déjà bavardé avec un cafard ? Avez-vous seulement essayé ? Un sacré challenge à relever, bravo l’auteur, fallait oser !
Photo Olivier Fougerat - ArchitectePas facile de s’endormir après ça. J’en ai déjà eu un sur mon lit une fois, il n’était pas belge mais pur arabica. Comme ceux de Saint-Josse.
Un ennui c’est qu’on ne s’ennuie pas, si je puis dire : pas facile en effet de renoncer à tourner la page suivante. On veut savoir. Ça fait des nuits courtes.

Olivier Fougerat  – architecte et écrivain (France-Maroc) 

Au départ on se dit : l’auteur est parano. Puis on accuse son carburant, la vodka. Mais elle a bon dos la vodka… Après on se demande si cette histoire ne serait pas tout simplement surréaliste ; on a toujours besoin d’enfermer les choses nouvelles dans une case, faut mettre une étiquette. Oui mais laquelle ? Serait-ce un conte mi-rêve mi-cauchemar, en quelque sorte en demi sommeil, une somnolence qui tourne mal ? Une solitude entre quatre murs ?
On finit par conclure que l’auteur est complètement barjo. Un fou c’est toujours excitant. Ça change des jours tranquilles et des politiciens. On jubile.
Mais la fin nous prouve qu’il n’est pas fou du tout mais normal dans le monde réel, normal c’est-à-dire d’une naïveté d’électeur, que ce n’est pas une histoire à dormir debout mais bien à perdre la tête…
Non, vrai : c’est un sacré bouquin ! Sacré dans tous les sens du terme. Personne n’est épargné, l’auteur piétine avec humour et toutes griffes dehors les rois les républiques les Oxydentaux et les Désorientaux les veaux vaches cochons poulets et les perroquets bigots. Sans oublier les cafards. Il faut dire que Messin’Issa est Berbère et que les Berbères ont la réputation d’avoir du mal à réciter leurs sourates d’importation.
Bref, bien vrai, c’est plus qu’un sacré bouquin : c’est un espoir !

tableau-zen-galets-et-nenuphar

Photo Robert Leaners- photographe, enseignant, journaliste
Robert Learners – journaliste,
producteur et réalisateur (Tokyo)

L’auteur a beaucoup d’imagination, même si de nombreuses références du roman font partie de notre histoire quotidienne.
Très peu politiquement correct, il est né dans l’islam, il n’aime pas ça, et il l’écrit.
Il aime ou a aimé quelques femmes, mais il est seul.
Audacieux, acerbe.
Moi, qui ne me sens rien en commun avec aucune religion, j’ai savouré !

tableau-zen-galets-et-nenuphar

Je viens de lire ton bouquin après avoir eu bien du mal à le commander

Bravo l’artiste, enfin tu l’as sorti ton brulot, Kafka inversé+thriller+humour+pamphlet 
Le cafard m’a bien fait rire, l’intrigue est ingénieuse
Re-bravo !!!

Claire Gemayel – professeur de philosophie (France)

 

tableau-zen-galets-et-nenuphar

 

J’ai terminé ton livre hier soir.
C’est du lourd comme on dit.
Mais c’est aussi bien construit 

Il y a de l’humour et du désespoir 
Et une description exacte de ce qui nous arrive 
Bravo ! Beau travail ! 

Photo Alain Dubos

Alain Dubos – médecin, écrivain et historien (France)

 

 

 

tableau-zen-galets-et-nenuphar

 

Excellent livre, style éblouissant et contenu ravageur. En plus l’auteur est un homme charmant.

patrick-sessler  Patrick Sessler, homme politique (Belgique)

 

tableau-zen-galets-et-nenuphar

 

Logo SDEMail de M. Olivier Petot, directeur de publication, « La Société des écrivains »

Cher Monsieur,

Suite à votre lettre et après étude, je vous confirme que notre Comité de Lecture a retenu votre manuscrit intitulé “Saladin de Saint-Josse ou l’adieu aux géraniums”.

Nous avons le plaisir de vous faire savoir que celui-ci a séduit l’ensemble des membres de notre comité. Compte tenu de la qualité de votre texte qui s’inscrit dans le cadre de notre sélection « Coup de Cœur », nous sommes heureux de vous proposer aujourd’hui un contrat à compte d’éditeur.

Nous envisageons d’éditer un ouvrage de 380 pages, au format standard 15 x 21 cm.

En outre, un tirage de 500 exemplaires sera proposé à la vente. Les retirages en fonction de la demande effective sont pris en charge.

Mail Directeur Publication SDE

Nous fixons à 21,95 euros le prix de vente public. Nous nous chargeons d’organiser la promotion, la mise en circulation de l’ouvrage auprès du public, de centraliser les commandes et de référencer le titre en librairies au niveau national. Dans ce cadre, nous vous reverserons 10% des sommes effectivement facturées et encaissées par la Société des Écrivains.

Vous trouverez ci-joint votre contrat en double exemplaire. Pour valoir acceptation de votre part, deux exemplaires datés et signés devront nous être adressés par retour en apposant votre signature sur les 4 pages de votre contrat.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, dans cette attente, veuillez croire, Cher Monsieur, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Olivier Petot

Directeur de Publication

tableau-zen-galets-et-nenuphar

Mail Chiado Editeur

Logo Chiado editeurBonjour M. Messin,

Tout d’abord, je souhaite vous remercier pour l’envoi de votre manuscrit Saladin de Saint-Josse ou l’adieu aux géraniums et pour nous avoir donné la possibilité de cette lecture.

Chiado cap ecran mail

Après avoir effectué une analyse littéraire et commerciale, nous sommes en mesure de vous proposer ce qui suit. En effet, notre Conseil Editorial a reconnu la qualité de votre écriture, et a particulièrement apprécié cette petite touche d’humour qui fait partie de votre style. Votre roman conviendrait parfaitement à notre Collection Voyages dans la Fiction.

 

tableau-zen-galets-et-nenuphar

J’ai vraiment bien aimé. Vous avez une imagination délirante. Je ne sais pas comment vous faites pour mêler ainsi le grotesque au polar américain et au tragique le plus poignant, avec des références historiques, antiques, contemporaines…

Vincent Maunoury

http://gagnerdufric.over-blog.com/par-le-miracle

Vincent mail

 

 

 

 

 

Publicités